Monnaie de singe

Duke Ellington/Charles Mingus/Max Roach – Caravan (extrait de Money Jungle)
Duke Ellington/Charles Mingus/Max Roach – Warm Valley (extrait de Money Jungle)

Money Jungle

Il y a tant de choses à dire sur ce disque, qu’être exhaustif s’avère d’emblée impossible. Chaque titre est en soi une anthologie de l’excellence.

Le Duke réunit deux de ses plus fervents admirateurs, l’inclassifiable Mingus et Roach le libertaire, à jouer sur des variations de plusieurs de ses morceaux au piano. Une telle réunion pose la question de savoir si l’emphase du Duke s’accorde avec le jeu toujours au bord de la rupture de Mingus et l’energie quasi indomptable que déploit Max Roach à la batterie. La réponse est somme toute positive, ce disque est globalement la résultante d’une alchimie quasi-fusionnelle. Globalement…

Car en vérité il n’en est rien.

Ce disque est un combat de ring entre trois géants. C’est une jungle et la loi du plus fort y règne. L’explosif Caravan témoigne d’une rage incontrôlable des trois hommes à vouloir imposer leur jeu aux deux autres.
Mais le plus incroyable morceau reste Warm Valley, sur lequel Duke Ellington déploie, les premières secondes, des trésors de douceur avant que la contrebasse de Mingus vienne jouer les trouble-fêtes en titillant le maître. Seul le jeu de Roach permet au morceau de trouver paradoxalement son point d’équilibre.

Piqué, le Duke répond sur Wig Wise en menant la barque du début jusqu’à la fin, reléguant Mingus au jeu d’accompagnateur. Seul Max Roach réussit à donner le change au pianiste en glissant quelques phrasés de son jeu si particulier.

Disque donc explosif à tous les points de vue. C’est durant cette session légendaire que le torchon brûle définitivement entre Mingus et Roach.

Disque bouleversant car si le jazz est une musique des superlatifs, ce disque en est le point de rupture et d’équilibre : un pont reliant l’ancien et le nouveau monde.

Written by Dominique Karadjian

Laisser un commentaire