Le temps de l’auto-censure ?

Le 10 août dernier, l’Affreux Thom nous faisait parvenir un article de 01net annonçant que la SACEM planchait sur le vide juridique qui entourait les audioblogs. Depuis le début de l’année, il semblerait que la Société nous observe et tente de savoir si le cadre actuel suffit ou bien s’il ne faudrait pas en inventer un autre.
Sachant que la SACEM est la grosse caisse enregistreuse des auteurs et compositeurs, il n’est pas étonnant qu’elle se penche sur nos cas. Nous naviguons depuis le début sur une mer brumeuse avec une visibilité juridique proche du néant absolu. Nous ne sommes pas des pirates, nous ne fournissons pas ad vitam aeternam des mp3 en téléchargement libre et comble d’ironie, nous permettons l’achat direct des disques des artistes chroniqués… et pourtant nous sommes illégaux parce que nous diffusons des morceaux sans faire teinter la grosse caisse enregistreuse.

Alors devons-nous paniquer ou crier au loup ? Certainement pas. Pour deux raisons au moins. La première est que la SACEM reviendra vers nous pour nous proposer un deal à la fin de l’année. Comme il est dit dans l’article, aucune sanction n’est prévue… et comme ils le reconnaissent eux-mêmes : “Mais en même temps, la société ne peut pas demander aux blogs de retirer de leurs pages des titres protégés fournis gratuitement ou des liens commerciaux qui redirigent les internautes vers des plates-formes de téléchargement.”

Et la deuxième raison est donnée à la fin de l’article : “Il reste que, pour l’heure, sur la masse des blogs existants, très peu proposent des contenus protégés par les sociétés d’auteur”.

Très concrètement qu’est-ce-que cela veut dire pour un audioblog comme PODvains ? Orienté exclusivement vers le jazz, il est plus agréable de continuer à vous faire découvrir les petits maîtres du jazz. C’est une musique suffisamment riche pour que nous puissions très bien nous passer des grosses pointures… Oui mais voilà, lorsque nous réécoutons un morceau génial de Coltrane, devons-nous nous museler et ne plus vous le faire partager ?

Car au-delà de la passion qui nous partage, il ne faut pas se leurrer, la notification de la SACEM signifiera la fin d’une passion. Personnellement, je ne connais pas beaucoup d’audioblogs qui voudront mettre la main à la poche pour payer cette redevance et vu le nombre d’audioblogs français, ils n’y gagneront que des cacahuètes de leur côté.
Financièrement, nous ne sommes pas intéressants… reste le principe moral.

Personnellement ce que je déplore dans cette démarche de la SACEM, c’est :

1. le manque de dialogue avec les concernés
2. le manque de dialogue avec les concernés
et
3. le manque de dialogue avec les concernés.

Selon la bonne vieille méthode française, on impose par le haut et après on réfléchit et dialogue. Simplement entre temps, la plupart des audioblogs français se seront tus ou auront muté vers autre chose, rendant la belle réflexion de la SACEM complètement caduque.
Car selon le bon vieil adage dickien “nous sommes vivants, vous êtes morts”, nous aurons toujours un train d’avance sur eux.

En attendant, nous continuons et verrons bien ce qu’il faut faire en temps utile.

Written by Dominique Karadjian

3 Comments

Désiré Beladonne

Question de néophyte : dans le cas éventuel d’une rencontre entre blogueurs/podcasteurs et la SACEM, qui pourrait représenter les premiers ? Quel groupe, quel collectif ?

Administrator

Bonne question.
Admettons que nous soyons en tout et pour tout une trentaine d’audioblogs, et bien à l’heure actuelle la SACEM devrait discuter avec chaque représentant de chaque audioblog… ce qui est tout sauf pratique et surtout complètement irréaliste.
Avec d’autres audioblogs, nous nous sommes rapprochés mais ce n’est qu’un groupement informel. Nous nous tenons au courant des avancées juridiques, des déboires des uns et des autres, etc. et surtout nous dialoguons entre nous… ce qui est le plus important (du moins à mes yeux). Mais légalement nous n’avons aucune existence juridique.

//jonathan

suite à la réponse des podvains… même si notre regroupement reste informel, il a le mérite d’exister. si d’autres musicblogs veulent se joindre à nous, contacter dom à ecrivains.org, ou moi-même.

et, merci pour l’article.

Laisser un commentaire