Philosophy of the Shaggs

The Shaggs – My Pal Foot Foot

Il était temps de faire un petite tour du côté de la fin des années 60. Cette époque quasi-bénie des dieux et déesses de la musique, où l’improbable artistique régnait autant que le choix réfléchi et serein. Je vous parle d’un temps, mes frères et mes soeurs, où un John Lennon clamait que les Beatles étaient plus populaires que le Christ, où Brian Wilson crisa lorsqu’il entendit le Sgt Pepper alors que ce dernier était inspiré par Pet Sounds, où des groupes sortaient des albums géniaux méconnus que l’on découvre maintenant… Un temps où les filles osaient sortir de la grange de papa pour accorder leur basse et guitare et sortaient avec une ingénuosité confondante un Philosophy of the world aussi inespéré qu’étonnant.

Mes frères et soeurs ! Je vous le dis The Shaggs fut le meilleur groupe féminin de ce côté-ci du ciboulot, encensé par Lester Bangs dans un de ces articles dont il avait le secret, disque de chevet de Frank Zappa et Jonathan Richman, classé dans le top 100 des meilleurs albums alternatifs du magazine Rolling Stone.

Soyons clairs tout de même, ce faux trio de soeurs Wiggins ne savent faire qu’une seule chose : tenir correctement leurs intruments. Le reste appartient à cette dixième dimension musicale que seules nos oreilles s’accordent de temps à autres. Ici même si tout est… faux, le charme désuet qui se dégage de ce premier album d’anthologie montre que l’Art Brut investit le lexique musical avec un égal bonheur.

Et comme j’aime vraiment ce groupe, je vous fais partager les paroles de leur première chanson :

“Oh, the rich people want what the poor people’s got.
And the poor people want what the rich people’s got.
And the skinny people want what the fat people’s got.
And the fat people want what the skinny people’s got.”
The Shaggs, Philosophy Of the World

Je ne vous avais pas menti, c’est un très grand groupe…

Written by Dominique Karadjian

Laisser un commentaire