Resurrection-Pop #2

Nom de groupe : The Aerovons
Origine : Amé�ricaine
Genre : Pop
Signes particuliers : enregistrèrent un seul et unique album Resurrection en 1969 qui sortit en juillet 2003.

Lorsque Tom Hartman, le leader, créa en 1966 The Aerovons, il avait à peine 14 ans. Trois ans plus tard il se retrouva dans les studios mythiques d’Abbey Road à enregistrer cet opus, tandis que quatre gugusses enregistraient de l’autre côté de la cloison leur chant du cygne. Tout cela parce que sa maman adorait le titre phare World of you et encouragea son fiston à présenter la démo à toutes les maisons de disque. Ce fut Capitol qui obtempéra en premier et proposa aux quatre gamins d’enregistrer à Los Angeles leur premier album. Que nenni, la maman veut que cela soit à Londres, là où le son s’invente et si possible � Abbey Roads. Caprice accordé ! Et EMI voit débarquer quatre chevelus. Sentant leurs potentiels, la maison de disque les signent de suite.

Il est donné à Tom Hartman alors de s’atteler à l’é�criture et à la composition de cet album., ce qu’il fera avec une aisance toute particulière durant quatre mois. C’était sans compter sur les caprices du destin. Le guitariste Phil Eldholm quitte le groupe juste avant l’enregistrement, il sera suivi par le batteur. EMI échaudé par ces démissions successives décident alors de mettre l’album au placard. Il ne sortira que 34 ans plus tard sur le label RPM.

On peut regretter une telle décision, car on aurait voulu connaître la suite du destin des Aerovons et surtout du petit g�nie qu’�tait Tom Hartman, qui, un jour dé�barrassé de la pesante influence des Beatles, aurait certainement su donner des perles pop bien acidulées, à sa façon.

Quoi qu’il en soit Resurrection mérite une �coute attentive, car à défaut d’être un chef d’oeuvre, nous avons là le premier jet balbutiant et innocent d’un jeune artiste qui regardait avec des yeux de Chimène ses héros et n’eut point peur de se mesurer à eux. Du d�licat morceau phare World of you au dernier souffle de The Children, il se dégage une incroyable mélancolie, les dernieres affres de l’enfance mais à la manière de…

Written by Dominique Karadjian

3 Comments

Little

Pas mal du tout les Aerovons effectivement. Certes pas au niveau de Left Banke ou des Zombies, mais un des tr

Laisser un commentaire