[All That Jazz] The Pharaohs – Awakening

The Pharaohs – Awakening The Pharaohs - Awakening
Sorti en 1970
Réédité en 1996 sur le label Luv N’ Haight

1. Damballa
2. Ibo
3. Tracks Of My Tears
4. Black Enuff
5. Somebody’s Been Sleeping
6. Freedom Road [podcast]http://www.shotbybothsides.org/mp3/POD_270.mp3[/podcast] 7. Great House

Ça m’est revenu comme ça, hier, dans la rue. Je fouillais tranquillement le rayon Jazz de Gibert et quelques flashforwards me taraudent l’esprit que j’étouffais discrètement pour ne pas faire mon Georges Perec à rebours. Peut-on avoir pensées plus idiotes ? Mais c’est ainsi, je voyais des piles de CD abandonnées sur le bord de la route, comme on laisse maintenant nos anciens écrans 17 pouces, qui fonctionnent encore mais c’est ça aujourd’hui la modernité : polluer plus la planète pour avoir plus de place chez soi. Et c’est ce qui arrive au CD, coincé entre le revival vinyle et la logorrhée numérique, il n’aura duré qu’une bonne grosse vingtaine d’années. Quel rapport me direz-vous avec le titre de cet article ? Et bien dans un de ces flashforward, je voyais la pochette de ce groupe déchirée et le CD rayé. N’écoutant que mon hoquet de surprise, et de retour à la maison, je fouillais frénétiquement ma discothèque en me disant que je devais bien l’avoir quelque part. Bien sûr, je ne l’avais pas. Et normal je ne l’ai jamais eu, même si je l’ai entendu maintes fois. Enfin, je crois. Du coup, dans un élan anti-hadopi II, j’ai téléchargé l’album.
Cet album est un must-have, une des ces petites choses qu’on abandonnerait pour rien au monde. On se noierait même pour ne pas abîmer la galette. Enfin le balladeur mp3 ici. The Pharaohs est un groupe de Chicago, formé dans les années 60, qui sortit son unique album studio en 1970. Mélangeant joyeusement le jazz au funk, la soul au jazz, très orienté afro, cet album est un freedom act. Comme d’autres artistes noirs américains, à la même époque, les membres du groupe The Pharaohs expriment sur disque leurs ressentis par rapport à la décennie écoulée et le mouvement des droits civiques. Cet album est un condensé de joie, de lutte, d’espérance, de colère et de combat. Il y a 40 ans, ces hommes et femmes ont lutté pour avoir une reconnaissance citoyenne et un an après l’élection du premier président, on peut mesurer le chemin parcouru et celui qui reste à faire.