[1001 films] Le mécano de La General

The_General

Film en N&B réalisé par : Buster Keaton
Sorti en : 1927
Titre original : The General
Acteurs : Buster Keaton, Marion Mack, Charles Smith, Richard Allen…
Récompense : National Film Registry en… 1989
Fiche IMDB

Le 32ème film listé dans 1001 films à voir avant de mourir, le 2ème visionné.

Synopsis
: Johnny Gray, mécanicien de la locomotive La General, a deux passions dans la vie : sa fiancée, Annabelle Lee et sa machine. Lorsque la guerre de Sécession éclate, l’armée refuse d’enrôler Johnny Gray. Sa fiancée refuse de le croire et pensant qu’il est un lâche, se détourne de lui. Un an plus tard, un groupe de nordistes s’emparent de La General avec Annabelle dedans. Johnny se lance à leur poursuite.

De Buster Keaton, j’ai toujours eu en mémoire cette incroyable scène dans Limelight où les deux plus grands clowns de tous les temps – Charlie Chaplin et Buster Keaton – redonnent vie durant plus de 7 minutes au cinéma muet, l’un au piano et l’autre au violon. Par un art du gag méticuleux, cette 7 minutes restent parmi les plus drôles et savoureuses de l’histoire du cinéma. Et lorsqu’on connaît la carrière de ces deux géants, on n’est pas étonné qu’une telle alchimie ait fonctionné. De tous les films de Buster Keaton, Le mécano de La General est certainement à mettre au rang de la plus grande comédie de tous les temps. Avec un incroyable sens inné de la mise en scène et du montage, Buster Keaton exploite pleinement toutes les capacités techniques du cinéma d’alors. On passera aisément sur la superbe reconstruction historique, le très beau scénario, la précision technique, la finesse des personnages et l’incroyable humour bien sûr. Buster Keaton prend pour prétexte la Guerre de Sécession pour s’amuser à détourner tout et n’importe quoi : ainsi les troncs d’arbre servant de bois pour la locomotive se transforme en immense partie de mikado, ce qui donne à la scène un caractère ubuesque. De même, ce film est une succession de gags éclairs tellement inattendus que l’on se prend facilement au jeu et on rit réellement de bon coeur.
Et puis au milieu de tout ça, il y a Keaton, l’homme qui ne sourit jamais et ce rôle phare, Johnny, le mécano courageux vaguement pathétique dans sa détermination de vouloir sauver ses deux amours. Néanmoins, par la justesse de son jeu visuel, ce rôle-ci et son interprétation sont à classer au panthéon des héros romantiques et comiques.
En réalisant Le mécano de La General, Buster Keaton employa les moyens d’un gros film à budget et sortit le burlesque, dominé alors par Chaplin, du sous-genre dans lequel il traînait. Ce fut le film le plus cher de l’époque avec en exergue, cette véritable destruction de locomotive sur un pont, qui furent certainement les secondes les plus chères de l’époque.
A noter qu’en 1989, une bande originale fut composée par Joe Hisaishi pour accompagner la restauration du film. Cet ajout « moderne » n’enlève rien au film, au contraire il permet de souligner sa très grande modernité.
Au final, tout cela concourt à une construction dramatique et symétrique d’une incroyable précision d’une rare

A lire aussi :
The General
Un dossier pédagogique