Le Bal des Innocents

bal.jpg

Une nouvelle forme de cinéma est née. Au moment où la Loi DADVSI tente de réguler et contrôler la diffusion de tout contenu électronique et culturel sur l’Internet Français, certains ont pris résolument le maquis du Libre. Après la musique, le cinéma prend aussi cette tangente. Le Bal des Innocents est la première initiative française à utiliser la licence Creative Commons.
Petit budget, film expérimental, ce film emboîte le pas de Jeronimo Caserio, le jeune anarchiste qui assassina SAdi Carnot en 1894. On a du mal à imaginer aujourd’hui ce que pouvait être cette époque fortement emprunte de revendications syndicalistes et anarchiques… or, Caserio revendique aujourd’hui une seconce chance de transformer le monde, une révolution telle qu’elle nous amène à une danse sans fin., à une révolution surréaliste et certainement situationniste.

L’effort est louable, reste que ce film soulève un débat avec le choix de sa licence, : on ne peut pas le modifier et encore moins l’utiliser à des fins commerciales. Contrairement à Elephants Dream, le premier film réellement Libre, le Bal des Innocents n’est que diffuser librement… et quelque part, c’est comme si on retirait à Picasso, le droit de s’inspirer ouvertement de Goya ou de Delacroix pour peindre. Libre oui mais jusqu’où ?

> Télécharger le Bal des Innocents

Written by Dominique Karadjian

3 Comments

pascontent

Avant de critiquer la licence à propos du droit à la modification, il serait peut etre bon de se renseigner et de lire un peu les explications données par l’équipe du film :
citation :
« Tous nos acteurs nous ont cédés leur droit à l’image pour faire ce film, mais tous n’acceptent pas que leurs images soient ré-utilisées pour d’autres créations sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle. Il s’agit tout même de leur visage, de leur corps, de leur personne. Certains seraient bien mal à l’aise en voyant les images des scènes de nu du film ré-utilisées pour un autre film qui pourrait être un mauvais film pornographique.

Rappellons par ailleurs que la licence Créative Commons n’est nullement définitive : toutes les conditions peuvent obtenir des dérogations avec l’accord du ou des auteurs. Nous sommes ouverts à la discussion concernant toute proposition de modification ou demande d’utilisation commerciale. »

http://www.ralamax.net/spip.php?page=article_bdi&id_article=39

Salut!

Dom'

C’est votre réponse. Laissez aux autres le droit de critiquer ou pas ce choix.

Laurent

Libre oui, mais à quel prix ? à quel prix peut on estimer la liberté ?
Le droit à l’image est parfaitement légitime mais est-ce que cela correspond à la philosophie du film, est-ce que cela correspond à la philosophie du libre ?
Avec un tel raisonnement, il n’existerait pas aujourd’hui de logiciel libre : je ne distribue pas mon code source pour qu’il soit pas détourner dans des applis commerciales… par exemple.

Laisser un commentaire

Visit Us On TwitterVisit Us On Google Plus