Soft Machine en 1967

Nous sommes en 1967. Daevid Allen vient juste de quitter le groupe, pour de malheureux problèmes de visa lui interdisant de revenir en Angleterre. Il restera en France, à Paris où il formera quelques temps après Gong. C’est donc un trio qui se présente à la télévision néerlandaise en cette fin d’année 1967 pour interpréter deux morceaux I should have known et Soon, soon, soon.
On se dit que voir ces trois bons hommes que sont Kevin Ayers, Mike Ratledge et Robert Wyatt fut vraiment unique. Que dire de plus ? Sauf que c’est naturellement magnifique.

Written by Dominique Karadjian

3 Comments

Léon

Je suis parti à la recherche d’une vieille cassette avec un album de Soft Machine, impossible de remettre la main dessus. J’en garde un très bon souvenir, du coup je compte acheter un cd. Vous m’en conseillez un en particulier ?

Léon

PS: de la musique sur http://www.webknot.net/radio/ (ordre aléatoire)

Dom'

Désolée pour le retard à l’allumage mais en effet les commentaires sont modérés sur le site 😉

Concernant les albums de Soft Machine, je recommanderai l’album Third, pour la parfaite synergie entre les quatre membres du groupe. Mais de toute manière, il n’y a pas grand chose à jeter dans la discographie du groupe.

redf

Il y a quand même d’un côté le soft machine avec Robert Wyatt (SM 1,2 et 3, le 1 et le 2 sont disponibles en un seul cd), et d’un autre côté soft machine sans Robert Wyatt, uniquement instrumental et nettement plus tourné jazz…

Robert Wyatt a également mené une importante carrière solo, avec en point d’orgue « Rock Bottom ».

Au fait, le lien semble cassé ; http://www.dailymotion.com/search/soft%20machine/video/31118 , ça fonctionne mieux…

Laisser un commentaire

Visit Us On Twitter