La lagune des mensonges de François Darnaudet

nullCe Lagune des mensonges inaugure une série de critiques autour de la nouvelle collection de littérature populaire, dirigée par l’ami Philippe Ward, Rivière Blanche chez Black Coat Press. Le pari de cette collection est de ressusciter en format de luxe, tout un pan de la littérature populaire qui fit les beaux jours de la défunte collection Anticipation du Fleuve Noir. Autant le dire, les livres valent le coup d’oeil et même le toucher.

Ce roman de François Darnaudet est le deuxième volume paru sous ces nouvelles couleurs. Si vous souhaitez lire du roman au style inoubliable, au souffle épique, à la trame littéraire construite… Passez votre chemin. C’est du roman de gare : à savoir un style à l’arrache, une psychologie inexistante des personnages, des situtations rocambolesques impensables… bref tous les ingrédients du mauvais scénario littéraire de base. Si au contraire vous aimez lire tranquillement et rapidement, passer un bon moment imaginaire, sourire aux invraisemblances, devancer le fil de l’histoire, alors le Darnaudet vous fera passer un bon moment.

L’histoire, quant à elle, tient en deux lignes : l’Agence HPL doit retrouver un de ses principaux membres, Tom Marois disparu alors qu’il se rendait à Venise avec un ami. Leur seul indice est le contact qu’ils ont avec un certain Docteur Bissolati. Mais les choses se compliquent un peu lorsque des personnages de la littérature populaire comme Fantômas ou Hastur sont de la partie.

A toute part égale, ce petit roman (par le nombre de pages) ne vaut clairement pas Les Dieux de Cluny, critiqué auparavant en ces lieux. Mais ne boudons pas notre plaisir, ça se lit vite et bien, que demander donc de plus ?

La lagune des mensonges de François Darnaudet
128 pages – 14 € – Collection Rivière Blanche
Editions Black Coat Press

Written by Dominique Karadjian

Laisser un commentaire

Visit Us On TwitterVisit Us On Google Plus