Old jazz memories

Jelly Roll Morton – Flee as the bird and the mountain
Jelly Roll Morton – Sammy Davie’s Style
Jelly Roll Morton – The miserere

Jelly Roll Morton« No matter how you listen to it JAZZ is ostensibly about FREEDOM. » dixit Thurston Moore dans le numéro 2 de Grand Royal Magazine.
Se souvenir d’où l’on vient, se rappeler que les premières mesures du jazz se firent dans un certain contexte. Un certain Louis Armstrong baigna très jeune dans une ambiance musicale où blancs et noirs partageaient le même sens du rythme. Puis ne pas oublier que Jelly Roll Morton, d’origine créole et française, mit sur orbite la quintessence de cette musique qu’est l’improvisation.

Sur ses cartes de visite, il écrivait qu’il était le inventor of jazz ou encore le world’s greatest hot tune writer. Mort en 1941, il laisse derrière lui une telle oeuvre, qu’aujourd’hui il est indéniable de lui reconnaître au moins la paternité du genre, n’en déplaise aux fans du grand Louis. La musique de JRM ne relèvait d’aucun exostisme, mais il partait bien d’un patrimoine musical qui lui permettait d’explorer les voies de l’improvisation dans ce qu’il a de plus universel. Ce qui est remarquable sur ces enregistrements d’un autre âge est le travail voix-piano, dessinant des contours mélodiques qui feraient pâlir de jalousie plus d’un artiste de nos jours.

Personnellement, je redécouvre cet artiste et ses contemporains…Et ma foi, il ne manque uniquement le décor des années folles et je m’y croirais presque.

Written by Dominique Karadjian

Laisser un commentaire

Visit Us On TwitterVisit Us On Google Plus