Girlfriend in Coma de Douglas Coupland

Et si un jour votre petite amie, âgés de 17 ans, tombait dans le coma et se réveillait 17 ans plus tard porteuse d’un message ?

Et si un jour votre meilleur ami, âgé de 16 ans, mourait d’un cancer et réapparaissait 18 ans plus tard en fantôme rédempteur ?

Le trauma résultant de ce double drame aurait certainement influé le cours de votre existence. 17 ans de vie ratée, 17 ans de brouillard émotionnel, 17 ans de vide absolu. Alors débutera une longue réflexion sur le devenir et les hasards du destin, qu’il vous faudra conjuguer à l’infini au passé, au présent et au futur. Oui mais… Malgré nos erreurs, nos neurones boursouflés par la graisse télévisuelle, la rédemption est-elle encore possible ?

Tel est en substance le message que Douglas Coupland souhaite nous transmettre. Délaissant son style si particulier qui fit les beaux jours cultissimes de Génération X et Microserfs, l’auteur américain a décidé d’emprunter à notre société sa futilité et ses manières aseptisées pour construire un roman dont l’unique complaisance serait de vouloir rendre compte absolument l’état de délabrement intellectuel actuel.

Coupland est à ce jour le meilleur sociologue romanesque de notre génération. En reprenant nos travers, en les déformant volontairement jusqu’à obtenir un rictus moqueur, il nous informe que notre vie n’est pas un sit-com ou une quelconque réalité virtuelle mais bien une question de responsabilité et de devoir envers les uns et les autres, ce que d’autres en un autre temps aurait appelé solidarité. Pour retrouver ce chemin, il ne nous reste qu’une seule chose à faire : débrancher la prise.

Written by Dominique Karadjian

Laisser un commentaire

Visit Us On TwitterVisit Us On Google Plus